Réunion : " concevoir un projet de naissance "

Publié le par l'association Petits Yekwanas



Il y avait 4 futures mamans


Nous avons d'abord commencé par évoquer notre lieu d'accouchement, les pratiques et retours que nous en avons eu :
2 accouchements à l'hôpital,
1 en clinique et
1 accouchement à domicile sont prévus.

Pour des raisons évidentes, nous ne pouvons vous orienter vers tel ou tel établissement.
Une telle publicité pour des professionnels de santé est interdite.

Puis nous avons défini ce qu'est un Projet/Plan de Naissance (PN) encore appelé Projet d'Accouchement :


Le PN est un moyen de porter à la connaissance de l'équipe médicale nos attentes quant au déroulement de la naissance de notre enfant en vue d'un plus grand respect et d'une plus grande adéquation des pratiques à nos souhaits.

Il porte non seulement sur l'accouchement en lui-même (travail, expulsion et délivrance) mais sur toute la durée de l'hospitalisation et de la prise en charge au sein de l'hôpital.

Il doit ouvrir au dialogue.

Aussi, il est important de rassurer le personnel médical quant à notre confiance en leurs compétences à prodiguer au mieux les soins nécessaires à la sécurité de bébé et maman et leur réaffirmer notre confiance en nous-même quant à nos compétences et nos capacités naturelles à mettre au monde.


Il est important d'être renseigné sur les pratiques de l'hôpital qui va nous accueillir,  sur les actes que l'on ne souhaite pas afin notamment « d'être pris au sérieux » mais surtout pour agir en connaissance de cause!

C'est
un projet personnel, familial.

Il est le reflet de l'image de la naissance que l'on s'imagine idéale.

Il émane de la volonté, des souhaits d'une famille et pas d'une autre.

S'il est amené, rédigé avec diplomatie, respect et sans agressivité, il aura plus de chance de trouver écho auprès du personnel en place.


Bien souvent les femmes rédigent un projet afin de se réapproprier la naissance dans le cadre d'un accouchement physiologique, naturel.

« J'ai envie d'accoucher et non que l'on m'accouche... »


Techniquement ça se présente comment ?

Cela peut revêtir la forme orale ou écrite.

La plupart du temps, c'est un document écrit qui sera ajouté au dossier médical afin que l'équipe qui nous prendra en charge le jour J soit informée de nos souhaits.

Il est important que le conjoint soit informé de ce que contient le PN afin qu'il puisse intervenir auprès de l'équipe.
Malgré toute notre bonne volonté, on a « autre chose » à faire, on est dans le feu de l'action!
Pas de place à l'intellectualisation!


Le PN se compose en autant de parties que de sujets qui vous tiennent à coeur.

Souvent, il y a 3 parties : pendant le travail,
                 lors de la naissance
                 et après la naissance.


Mais rien ne vous empêche (au contraire!) de faire :
* une introduction (dire en quoi un PN est important pour vous...),
* une partie à propos du papa (sa présence et son rôle lors de la naissance, s'il souhaite couper le cordon...),
* une partie « en cas d'urgence »,
* une partie allaitement,
* une conclusion...

A qui le remettre ?

Pour première lecture au médecin traitant ou la sage femme.

Ensuite, il peut être mis dans le dossier médical pour que tout le personnel en prennent connaissance le jour J.

Essayer de prendre RDV avec une des sage femme responsable des salles de naissances pour en discuter avec elle.


Petits trucs d'une grande importance :

* Il faut toujours garder un exemplaire sur soi, au cas où...

* Le maitre-mot est DIPLOMATIE (« dans la mesure du possible », « sauf si... », « en cas de nécessité vitale pour mon enfant ou moi-même »...)

* Il est fondamental d'y réfléchir dès le début de la grossesse et d'affiner au fur et à mesure de l'évolution de celle-ci et des informations que nous récoltons

* Lors de l'accouchement, le conjoint doit veiller à ce que le PN soit respecté et dès qu'une pratique ne lui semble pas conforme à nos souhaits, il doit demander à être informé des conséquences de tel ou tel acte.
Attention à ne pas être « sur le dos » de l'équipe mais la priorité c'est nous!
Il faut donc veiller à être exigent mais courtois!

* Garder en tête que nous sommes acteurs de notre accouchement, que nous faisons tout pour qu'il se déroule dans les meilleures conditions mais que des aléas peuvent toujours survenir (bien souvent sans gravité) et rester conscient de cet état de fait.

Il est important de vivre ce moment à fond et de ne penser qu'à ce qui est en train de nous arriver. D'aucun pourrait dire que cela libère « du temps de cerveau disponible »; )
Cerveau reptilien pour le coup!



Idées de ce que l'on peut inclure dans un PN, bien évidemment, il faut y mettre les formes et y mettre tout ce que l'on souhaite et rien que ce que l'on souhaite :



Pendant le travail :

Ce que j'aimerai

1.être accompagnée du papa, présence de la doula

2.Attitude par rapport à la péridurale

3.possibilité de « monitoring » ambulant si nécessaire
(obligation d'être monitorée 20 min toutes les 2h au delà c'est négociable)

4.Que la sage femme m'accompagne et me conseille activement dans la mise en place de méthodes naturelles de soulagement de la douleur (suspension, changement de positions, massages, ballon, douche chaude ...),

5.limiter la fréquence des touchers vaginaux

6.pouvoir "travailler" activement et librement (sans être constamment entravée par le monitoring), marcher, bouger à mon aise jusqu'au dernier moment,

7.possibilité de prendre une douche chaude, un bain ?

Ce que je ne souhaiterai pas

1.une rupture artificielle de la poche des eaux

2.administration de substances médicamenteuses pour accélérer ou ralentir le processus physiologique du travail, tant qu'il n'y a pas d'urgence (ex : ocytocine),




Pendant / Après la naissance :

Ce que j'aimerai

1. ambiance douce, feutrée,

2. lumière tamisée, 

3. le moins de personnes possible, le moins d'allées/venues

4. musique de mon choix,

5. choisir la position au moment de l'expulsion.
(on ne peut pas dire à l'avance dans quelle position on va accoucher : dire qu'on préfère garder sa mobilité )

6. poussée non guidée

7. attraper le bébé quand les épaules seront passées

8. le bébé en peau à peau sur le ventre dès sa sortie

9. laisser le bébé aller seul au sein ( tétée précoce)

10. attendre que le cordon ait fini de battre avant qu'il ne soit coupé (par le papa ?)

11. j'aimerai que les premiers soins (bain, pesée, mesure, nettoyage du nez ...) soient remis au plus tard, afin que le processus de l'attachement mère/enfant soit respecté,

12. qu'aucune substance (collyre, médicament, alimentation) ne soit administrée à mon enfant autre que mon lait maternel, sauf si sa vie en dépendait,

13. lors de la délivrance, j'aimerai avoir le temps d'expulser le placenta naturellement, sans substances de synthèse, ni manipulations (pression exercée sur le ventre), sauf si un risque grave d'hémorragie s'annonçait
(la tétée favorise les contractions qui permettent la délivrance)

14. avoir l’entière responsabilité des soins de notre bébé et qu’aucune manipulation ne soit pratiquée sans notre présence (sondage, aspiration, injection,….)

15. Pendant le séjour à l'hôpital, est-il possible d'avoir un lit accompagnant pour le papa ?

16. rentrer chez nous avec le bébé le plus rapidement possible
(un accouchement est considéré définitivement sans danger 120 minutes après la naissance, voir avec une sage femme libérale pour une hospitalisation à domicile)


Ce que je ne souhaiterai pas


1. épisiotomie, je préfère déchirer un peu, sauf si la sage-femme juge un danger périnéal ou foetal imminent.
Dans ce cas, j'aimerais en être informée.

2. séparation sauf en cas de nécessité absolue (et c'est rare, même pour la césarienne).
Le papa doit toujours rester en contact
(si par exemple le bébé doit être emmené dans un autre hôpital).
Pas de séparation la nuit.

3. pas de manipulations intrusives sur bébé (sondes, aspiration, injections)

4. pas de biberons de compléments, si pas de possibilité d'allaiter, je souhaite tirer mon lait


En cas d'urgence :

1. Être informée des raisons, de leurs avantages et des inconvénients à court, moyen et long terme des thérapeutiques qui me sont proposées, que l'on puisse prendre une décision objective ensemble

2. En cas de césarienne, il est primordial pour nous que mon mari soit à mes côtés pour m’aider à affronter ce moment et accueillir ensemble le bébé.
(Ex : « la présence du papa n’étant ici qu’un facteur d’apaisement et de détente, le personnel n’en sera que plus tranquille pour effectuer son travail. »)


Idées de lecture pour approfondir le sujet :

Attendre bébé...autrement
    Catherine Piraud Rouet
Préparer son accouchement, faire un projet de naissance    Sophie Gamelin Lavois
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article